top of page
Montagne enneigée
Rechercher

Inertie ou anticipation


A priori, tout concourt naturellement pour l’inertie, à commencer par les biais cognitifs. Tout dirigeant sera confronté au :

  • Biais d’ancrage : la primo-expérience qui sert de référence historique, la première impression qui va renforcer sa croyance première

  • Biais de confirmation : la nécessité d’avoir raison sur cette même expérience et la tendance instinctive de l'esprit humain à rechercher en priorité les informations qui confirment sa manière de penser, et à négliger tout ce qui pourrait la remettre en cause

Si nous rajoutons à cela la certitude d’avoir le temps pour évaluer tout nouvel acteur ou nouvelle technologie sur le marché et d’avoir des barrières défensives suffisamment efficaces pour résister au changement ou aux concurrents.


A contrario, force est d’admettre que tout va de plus en plus vite actuellement. Nous vivons dans un monde en mutation accélérée. Jeff Bezos, la patron d’Amazon ne regrettait pas les échecs qui lui ont coûté des milliards de $. Par contre, pour lui, ce qui est grave, ce sont les entreprises qui n’expérimentent pas ou qui n’acceptent pas leurs échecs.

L’anticipation ne se décrète pas, il est nécessaire d’être à l’écoute de son marché. Pour cela, il est intéressant de renforcer 2 attitudes :

  • Être orienté client, avoir une approche « Customer centric ». Un dirigeant se doit d’être proche de ses clients à potentiel

  • Être au cœur de ses collaborateurs, en interaction avec eux, pour libérer les énergies et l’habileté des créatifs partout dans l’entreprise


Il y a 10 ou 15 ans, une entreprise pouvait faire l’impasse pendant 4 ou 5 ans sur une évolution de son marché sans trop de préjudice. C’est ce qui arrivait parfois en fin de parcours d’un entrepreneur.

Aujourd’hui, attendre 2 ou 3 ans peut se révéler très dommageable pour la valeur de l’entreprise. L’intuition du chef d’entreprise, la même qui lui a servi pour créer son entreprise, est de nouveau sollicité pour anticiper les mouvements du marché. Steve jobs n’a fait aucune étude de marché pour lancer l’Ipad !!

« Une décision audacieuse semble toujours bonne jusqu’à ce qu’elle soit mauvaise ». Selon la méthode « Lean startup », l’expérimentation réelle permet de comprendre le marché à faible coûts : construire, mesurer et apprendre.


Au dirigeant d’entreprise de rechallenger son intuition


47 vues

Comments


bottom of page